Fantastik

Ce spectacle performatif dans un dispositif bi-frontal, se développe autour d'un montage de quatre textes : La Vénus d'Illes de Prosper Mérimée, Le Horla de Guy de Maupassant, La Cafetière de Théophile Gautier, avec comme fil conducteur le personnage de La lettre d'un fou de Maupassant. Le principe du spectacle est de partir du quotidien et de glisser progressivement dans un univers étrange, décalé et enfin fantastique. Avant la représentation, l'acteur intevient de manière improptue dans l'établissement pour faire surgir dans le quotidien des élèves une présence exra-ordinaire.

https://vimeo.com/166487896

Le fantastique entre au collège !

Ce spectacle s’adresse prioritairement aux classes

de 4ème, et vient en appui à la séquence autour de

la littérature fantastique.! !

Il se développe autour de trois textes, extraits de La Vénus

d’Ille de Prosper Mérimée, le Horla de Guy de Maupassant,

La Cafetière de Théophile Gautier, avec comme fil conducteur

La lettre d’un fou de Maupassant. !

Le principe du spectacle est de partir du quotidien et de

progressivement entrer dans l’univers du fantastique. Quelques

heures avant le spectacle, le personnage intervient de façon

impromptue dans l’établissement (couloirs, cour de récréation).

Le spectacle se joue dans un lieu fréquenté par les élèves

mais pas forcément dédié au spectacle (CDI, salle de classe,

amphithéâtre,…).L’idée étant de faire surgir dans leur quotidien

un temps extra-ordinaire.!

La scénographie spécifique :!

Le spectacle commence en lumière naturelle, sans aucun

décor apparent. Les spectateurs sont disposés de façon bifrontale,

deux rangées qui se font face, entre lesquelles

l’espace de jeu se délimite. !

Les objets et accessoires utilisés sont dissimulés dans le lieu

de représentation et apparaissent dans un usage détourné de

leur fonction. Par exemple des faux livres placés sur les

étagères du CDI servent d’exutoire au personnage qui cherche

dedans une réponse à ses angoisses. Ils servent aussi de

jalons au personnage lui permettant de retrouver son chemin.!

Le costume est inspiré du XIXème siècle, mais décalé, par des

accessoires technologiques contemporains, comme des

lunettes, un mini vidéo-projecteur.!

Tous les effets lumière sont créés en direct par l’acteur qui

utilise différents modes d’éclairage (projecteur, veilleuse, lampe

torche, baladeuse…) créant ainsi un jeu d’ombres et lumières

inspiré du cinéma expressionniste. !

Le son intervient de façon récurrente et vient ponctuer le récit.

Il participe à la création d’une ambiance inquiétante et

accompagne les états du personnage.!

La vidéo vient appuyer le récit. Les images sont projetées en

direct par l’acteur équipé d’un mini-projecteur. ! !

Elles viennent évoquer les étapes du récit en prenant l’aspect

de certains personnages et des lieux traversés. !

Le jeu : L’acteur est à la fois narrateur et sujet de son histoire.

Il navigue entre différents niveaux de récit (distancié, ressenti)

et d’interprétation, passant du mode narratif à un style de jeu

incarné et expressionniste. !

La bi-frontalité de la scénographie créé une proximité avec le

public qui se trouve intégré dans le jeu et dans la

représentation. Les élèves sont pris à témoins des tourments

dans lesquels le personnage se débat. !

L’intérêt pédagogique :!

Faire entendre aux élèves des textes qu’ils ont déjà lus et

travaillés, mais autrement, par le jeu et en les confrontant à

une situation de tension dramatique. De plus, le mode de

représentation bi-frontal permet aux élèves d’être en prise

directe avec le récit, de vivre intensément les situations vécues

par le personnage. Les élèves, par le biais du récit, sont

directement confrontés à l’irruption de l’étrangeté au sein de

leur environnement quotidien. Ils s’interrogent sur la véracité

de ce qui leur est raconté: réalité ou folie du personnage ? Ils

sont pris à partie tout au long du spectacle et au final ils

doivent se déterminer et exercer leur jugement. !

Les conditions techniques : !

Durée du spectacle : 45 minutes !

Le spectacle peut être joué pour une classe et jusqu’à trois. Il

faut que dans la salle il y ait possibilité de faire le noir.!

Les actions pédagogiques : !

Le spectacle peut être accompagné d’ateliers autour du

fantastique : écriture scénographique, mise en lecture de

textes, vidéo, son, maquillage, lumière, accessoires

  • Pinterest social Icône
  • Yelp Social Icône
  • Facebook Social Icône
  • iTunes sociale Icône
  • Apple Musique sociale Icône
  • Amazon Icône sociale